Prochains Spectacles...Prochains Spectacles...Prochains Spectacles...Prochains Spectacles

- en Janvier à 21h00 les Mercredi 7 - 14 - 21 & 28
- en Février à 21h00 le Mercredi 4 & à 19h00 le Mercredi 11
au
Théâtre Musical Marsoulan - 20 rue Marsoulan 75012 Paris - réserver au 01.43.41.54.92

- en Mars à 21h Mercredi 25 - Jeudi 26 - Vendredi 27 et à 16h30 le dimanche 29
- en Avril à 21h Vendredi 3 - Samedi 4 et à 16h30 le Dimanche 5
au
Labo du Théâtre de Menilmontant 15 rue du Retrait - 75020 Paris - réserver au 01.46.36.98.60 (du mardi au samedi de 16h à 19h)

- LE PUBLIC ENTHOUSIASTE ! Voir les avis des spectateurs - de la Presse -

LES ANIMAUX MALADES DE LA PESTE
- création 2007 -
Un spectacle écrit par François Bréant
Mise en scène : F. Bréant avec la collaboration de J.-M. Bourillon, C. Cottron & D. Popp
Extraits vidéo : (cliquer sur le titre)
Video : réalisation et montage : Laurence Etienne - Son : M. Zacha - Lumieres : L. Schneegans
Bernard Lavilliers, Kent, Enzo Enzo, Xavier Lacouture , ce qu'ils pensent du spectacle


BERNARD LAVILLIERS

"«LES ANIMAUX MALADES DE LA PESTE», c’était à l’origine une fable animalière et très politique de Jean de  la Fontaine.
François Bréant en a fait un conte satirique entre la Comédia Del  Arte et le côté joyeux et tonique du Grand Magic Circus.
J’ai eu l’impression, en tant que spectateur, de me retrouver en  tournée dans les années 70, quand, pendant, et après les concerts  François Bréant improvisait des personnages et des situations  totalement délirants – des soirées très « Marx Brothers ».
Pour le spectacle, il y a un monde fou sur scène, d’excellents  musiciens, de bonnes chansons et un travail d’arrangement de chœurs impressionnant. On a parfois l’étrange impression d’être à la cour de  Sarkozy !
Cette comédie a l’avantage de pouvoir être vue par tous et mériterait  une plus grande scène pour caser tous les personnages. J’espère revoir « Les Animaux Malades de la Peste » avec de vrais  moyens sur les boulevards.
So long François. Ton ami, Bernard Lavilliers
"

KENT
« OKEKO, c'est une chorale théâtrale accompagnée de musiciens. Avec ça, déjà, on sent l'esprit d'ouverture. Les classements par genre, ça ne rassure que les inquiets, les bâtisseurs de mur, les ministres de l'intégration et de l'identité nationale. Esprit d'ouverture aussi dans les rires et sourires que provoque leur spectacle. Tour à tour franc, amer, en coin, jaune, malicieux, mais jamais vulgaire. Leurs Animaux Malades de la Peste, on les connaît, on les fréquente, on endosse même leurs costumes pour survivre. C'est un devoir de salubrité publique que de s'en divertir.
Et puis il n'y a pas que ça. Musicalement OKEKO fait dans le haut vol. On frise le majestueux. Et si l'on sourit encore dans certains moments, c'est pour plisser nos yeux qui risquent de déborder tellement c'est beau. À la fin, quand toute la salle applaudit, nous savons tous que ce n'est pas par pure politesse.
Merci OKEKO. »

ENZO ENZO
"Là où la bonne humeur vous gagne parce que des intelligents qui chantent des mélodies vachement ciselées et rythmiquement salées en tenant des propos sensés tout en faisant les andouilles, ça fait du bien. Un Bréant tel qu’en lui même : bon enfant et sophistiqué. Une atmosphère de bons copains.
Quand on sait qu’ils sont tous voisins ça croustille encore plus. C’est pas parce que c’est des copains."

XAVIER LACOUTURE
"OKEKO: Une belle brochette de musiciens de qualité, un chœur bien  tendre, des poumons plein les décolletés, une rate dilatée à son point de  rupture, un chef d’orchestre avec de l’estomac, une foi a  démitrer les papes ,voilà la recette de cette chorale atypique menée par François Bréant.
C'est un pied de nez à la viscère, à une époque ou la musique s’économise et un hymne à la joie de la troupe  que ces18 personnes nous dissèquent  dans le labo Théâtre de Ménilmontant.
Okeko c’est la preuve vivante qu’un professionnel, peut rester un  amateur au sens premier du terme, en aimant chanter tout simplement.
"

okeko

Derrière ce nom énigmatique, François Bréant et ses 16 complices, tour à tour chanteurs, musiciens, danseurs, comédiens, créent depuis 5 ans au Centre Jean Vilar de Champigny sur Marne où ils sont en résidence, des spectacles musicaux diablement séducteurs.

François Bréant, que l'on connaît musicien, arrangeur, compositeur , réalisateur de B. Lavilliers, Salif Keita, Kent, Enzo Enzo et bien d'autres, a réuni autour de lui une tribu de joyeux drilles à la croisée de presque 3 générations, imaginé un laboratoire musical voué à la création de spectacles tous publics où d'étonnantes polyphonies vocales se fondent aux guitares, clavier, percussions, accordéon, au service de musiques originales, de textes hauts en couleurs inspirés de nos comportements et de l'actualité, le tout mis en comédie de façon plutôt jubilatoire

Pour leur nouveau spectacle " Les Animaux Malades de la Peste " qu'ils ont créé à Paris en 2007, au Vingtième Théâtre le 13 Novembre, puis au Labo du Théâtre de Ménilmontant du 11 au 16 Décembre et actuellement jusqu'à la fin de l'année,okeko fait (librement) escale chez La Fontaine: 18 voix jaillissent d'une cour un peu zoulou : "Non lieu, non lieu, cet animal n'a rien fait de mal". Tour à tour, les Animaux Malades de la Peste version 2008, viennent plaider leur cause : chattes productrices de télé, chiens pollueurs, loups actionnaires, moutons râleurs, crocodiles fonctionnaires, grenouilles managers, bisons va-t-en-guerre; les tableaux d'un nouveau spectacle vocal ouvert à la farce théâtrale, à la danse, au mime, à l'improvisation du sound painting, se succèdent toujours toniques, souvent poétiques, parfois graves, entre chronique sociale et pastiche musical où Verdi, Debussy, le rock et la salsa font danser La Fontaine.

http://www.okeko.com
Crédit photos: OKEKO et leurs amis, qu'ils en soient remerciés - Mentions Légales - -